À l’instar de toutes professions, le métier d’avocat fascine plus d’un. Pour preuve, plusieurs étudiants aspirent à devenir avocats ; ils travaillent dur pour cela. Aussi voudraient-ils sûrement avoir une maîtrise parfaite du discours et de la plaidoirie, comme tout bon avocat.

Qu’est-ce qu’un avocat, plus précisément ?

Un avocat, aussi connu comme étant un “professionnel de droit”, agit dans un domaine assez large. Il s’occupe effectivement de la rédaction de divers actes, de la réalisation de différentes démarches ou formalités… Mises à part la défense, l’assistance et la représentation de son client, il joue bien son rôle de conseiller.

Quand a-t-on recours aux services d’un avocat ?

L’intervention d’un avocat s’avère indispensable pendant les problèmes de procès. C’est alors qu’il défend son client, et fait valoir les intérêts de celui-ci. Comme précisé précédemment, il leur prodigue aussi conseils ; le fait est qu’il a une maîtrise parfaite des textes de loi (d’ailleurs, ses études supérieures s’appuient particulièrement sur la loi). Enfin, il se démène pour trouver une solution à l’affaire en cours.

Seulement, est-ce qu’il faut à tout prix engager un avocat en cas de procès ? Pour tout dire, plusieurs sont les particuliers qui pensent que les services d’un avocat leur sont inutiles ; tout dépend de la situation dans laquelle ils font face. Mais s’ils décident d’être représentés par un avocat, le choix n’appartient qu’à eux. Pour les affaires qui nécessitent réellement l’intervention d’un avocat, c’en est autre chose. Le juge pourra alors demander au Bâtonnier de désigner un avocat (commis d’office ou au titre de l’aide juridictionnelle).

Quelles sont donc les missions d’un avocat ?

Comme expliqué au début de cet article, l’avocat est aussi un auxiliaire de justice. Ainsi possède-t-il une très large attribution. Certes, nous en distinguons principalement cinq, mais chacune d’entre elles convergent vers la défense des intérêts de son client.

Premièrement, un avocat représente ses clients. Autrement dit, les clients n’ont pas besoin de se justifier lorsqu’ils sont devant les tribunaux. Sinon, ils risquent de se faire piéger. L’avocat, de son côté, étant le roi des textes de loi, sait comment s’y prendre. De plus, son expérience le lui permet.

Les non-connaisseurs mélangent souvent les termes : défendre et représenter. Pourtant, ce sont deux choses qui se distinguent bien l’une de l’autre. Or, défendre son client, c’est la seconde mission qu’occupe un avocat. Il est ici question de gestion de paperasse, de rédaction de diverses pièces, d’intervention et de plaidoirie devant le tribunal…

En outre, un avocat assiste ses clients de près. Cela se manifeste par les conseils avisés qu’il leur donne avant leur prise de décision. Pareillement, en cas de confrontation avec les autres parties impliquées (débat, négociation…), l’avocat est encore présent pour son client. Une fois que les clients ont engagé leur avocat, ils ne font plus cavaliers seuls.

Enfin et non des moindres, l’avocat se charge lui-même de la rédaction des différents actes. Ce n’est pas le genre de travail qui peut être délégué, étant donné l’importance de l’enjeu : le but étant de résoudre le conflit. Mais encore, il ne se limite pas seulement aux actes relatifs à la justice ; ceux qui sont nécessaires dans d’autres domaines sont aussi de leur recours. Par exemple, un contrat de bail, un contrat de propriété intellectuelle…

Quelles sont les qualités requises pour devenir avocat ?

Le métier d’avocat n’est pas fait pour tout le monde. Seuls, ceux qui ont les qualités requises pourront y parvenir. En effet, cette profession fait partie des métiers les plus exigeants qui soient. Elle n’accepte que les personnes bien organisées et qui sont capables d’assimiler plusieurs informations à la fois. Ils en auront bien besoin au moment où ils exerceront leur métier, d’autant qu’ils y sont entrainés pendant leur cursus universitaire. Par exemple, ils sont obligés de mémoriser toute une légion de textes et de lois. Mais comment pourront-ils atteindre leur but sans avoir une capacité pointue à analyser et à synthétiser les situations auxquelles ils font face ?

Un avocat étant un acteur majeur qui intervient dans la législation, il est normal qu’on exige de lui la transparence. C’est-à-dire qu’il doit être irréprochable dans tout ce qu’il fait, notamment en termes de respect de la loi. D’où la notion de l’étiquette et de la déontologie. À ce propos, pendant leur remise de diplôme, les avocats font le serment que désormais, ils feront preuve de dignité, conscience, indépendance, probité et humanité. Ils montreront en même temps qu’ils sont dignes de confiance. Leurs clients n’auront donc rien à craindre.

Par-dessus tout, un avocat se doit d’être un grand orateur, et avoir le charisme pour cela. Sinon, il ne pourra pas convaincre son auditoire, quels que soient les arguments présentés. D’autre part, le procureur est un orateur de qualité, éloquent qui plus est. De fait, le défenseur ne pourra pleinement remplir son rôle d’avocat que s’il a les qualités suivant : vivacité d’esprit et réactivité.

Quel cursus suivre pour décrocher le métier d’avocat ?

Nul ne pourra se prononcer avocat s’il n’a pas suivi une formation en droit à l’université. D’ailleurs, l’exercice du métier d’avocat sans diplôme et sans être inscrit au barreau est un délit. Être un avocat revient à être en possession d’un diplôme de master 1 ou de master 2. Certes, le premier master suffit. Toutefois, il est fortement conseillé de décrocher le second. Pour les étudiants qui ne sont pas à l’aise avec le droit (ce qui est quasiment rare pour toutes personnes désireuses de devenir avocats), ils pourront passer par une école de sciences politiques ; ensuite, il ne reste plus qu’à intégrer l’un des centres régionaux de formation professionnelle pour avocat. Malheureusement pour certains, c’est un examen très sélectif. C’est pourquoi une bonne préparation est requise, et un petit coup de pouce ne serait pas de refus : les institutions judiciaires.

Combien de temps dure une formation professionnelle ? En tout, elle est de dix-huit mois, mais elle est répartie sur 3 différentes périodes de six mois chacune. La première est de nature magistrale tandis que la seconde sera une sorte de projet pédagogique. Enfin, les six derniers mois devront être passés au sein d’un cabinet d’avocat.

Bref, bien que le métier d’avocat ne soit pas toujours une partie de plaisir, il est tout aussi fascinant qu’instructif. Ceux qui suivent donc cette voie ont fait le bon choix, et ceux qui interviennent déjà dans ce domaine pourront le prouver.

Laisser un commentaire